This website is using cookies

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on this website. 

Miron, Gaston: The Walk toward Love (La Marche à l’amour (extraits) in English)

Portre of Miron, Gaston

La Marche à l’amour (extraits) (French)

Tu as les yeux pers des champs de rosées

tu as des yeux d’aventure et d’années-lumière

la douceur du fond des brises au mois de mai

 

. . .

 

tu viendras tout ensoleillée d’existence

la bouche envahie par la fraîcheur des herbes

le corps mûri par les jardins oubliés

où tes seins sont devenus des envoûtements

tu te lèves, tu es l’aube dans mes bras

où tu changes comme les saisons

je te prendrai marcheur d’un pays d’haleine

à bout de misères et à bout de démesures

je veux te faire aimer la vie notre vie

 

. . .

 

puis les années m’emportent sens dessus dessous

je m’en vais en délabre au bout de mon rouleau

des voix murmurent les récits de ton domaine

à part moi je me parle

que vais-je devenir dans ma force fracassée

ma force noire du bout de mes montagnes

pour te voir à jamais je déporte mon regard

je me tiens aux écoutes des sirènes

dans la longue nuit effilée du clocher de Saint-Jacques

et parmi ces bouts de temps qui halètent

me voici de nouveau campé dans ta légende

tes grands yeux qui voient beaucoup de cortèges

les chevaux de bois de tes rires

tes yeux de paille et d’or

seront toujours au fond de mon coeur

et ils traverseront les siècles

 

je marche à toi, je titube à toi, je meurs de toi

lentement je m’affale de tout mon long dans l’âme

je marche à toi, je titube à toi, je bois

à la gourde vide du sens de la vie

à ces pas semés dans les rues sans nord ni sud

à ces taloches de vent sans queue et sans tête

je n’ai plus de visage pour l’amour

je n’ai plus de visage pour rien de rien

parfois je m’asseois par pitié de moi

j’ouvre mes bras à la croix des sommeils

mon corps est un dernier réseau de tics amoureux

avec à mes doigts les ficelles des souvenirs perdus

je n’attends pas à demain je t’attends

je n’attends pas la fin du monde je t’attends

dégagé de la fausse auréole de ma vie



Uploaded byP. T.
Source of the quotationhttp://irc.sunchat.hu/vers/

The Walk toward Love (English)

Your eyes are the grey of fields of dew

of adventure and light years

the sweetness back of the breezes in May

 

. . .

 

you will come all sunstruck with existing

your mouth invaded by the coolness of grass

your body ripened by the forgotten gardens

where your breasts work their magic spells

you arise, you are dawn in my arms

where you change like the seasons

walking in a country of breath I’ll take you

at the end of miseries at the end of excesses

I want to make you love life our life

 

. . .

 

then the years will take me upside down

I go off disheveled at my wit’s end

voices murmur the tales of your realm

I speak to myself as an aside

what shall I become in my shattered strength

my dark strength of my mountains’ end

to see you forever I transport my gaze

I keep listening to sirens

in the long narrow night of the Saint Jacques tower

and among these painting ends of time

here I remain again in your legend

your great eyes upon many processions

the wooden horses of your laughter

your eyes of straw and gold

will remain forever in the depths of my heart

and they will traverse the ages

I walk to you, I stagger to you, I die from you,

slowly I collapse completely in my soul

 

I walk to you, I stagger to you, I drink

from the empty gourd of the meaning of life

to these steps sown in the streets without north or south

to these gusts of wind without tail or head

I have no more face for love

no face for anything anything

sometimes I sit down with pity for myself

I open my arms to the cross of sleep

my body is a last net of loving twitches

the thread of lost memories in my fingers

I don’t wait for tomorrow I wait for you

I’m not waiting for the world to end I’m waiting for you

disengaged from the false halo of my life



Uploaded byP. T.
Source of the quotationhttp://www.scribd.com/doc

minimap