Ez az oldal sütiket használ

A portál felületén sütiket (cookies) használ, vagyis a rendszer adatokat tárol az Ön böngészőjében. A sütik személyek azonosítására nem alkalmasak, szolgáltatásaink biztosításához szükségesek. Az oldal használatával Ön beleegyezik a sütik használatába.

Hírek

Dante, Alighieri: La Divine Comédie : Le Paradis - Chant I (La Divina Commedia. Paradiso. Canto I. Francia nyelven)

Dante, Alighieri portréja

La Divina Commedia. Paradiso. Canto I. (Olasz)

La gloria di colui che tutto move
per l'universo penetra, e risplende
in una parte più e meno altrove.

Nel ciel che più de la sua luce prende
fu' io, e vidi cose che ridire
né sa né può chi di là sù discende;

perché appressando sé al suo disire,
nostro intelletto si profonda tanto,
che dietro la memoria non può ire.

Veramente quant'io del regno santo
ne la mia mente potei far tesoro,
sarà ora materia del mio canto.

O buono Appollo, a l'ultimo lavoro
fammi del tuo valor sì fatto vaso,
come dimandi a dar l'amato alloro.

Infino a qui l'un giogo di Parnaso
assai mi fu; ma or con amendue
m'è uopo intrar ne l'aringo rimaso.

Entra nel petto mio, e spira tue
sì come quando Marsia traesti
de la vagina de le membra sue.

O divina virtù, se mi ti presti
tanto che l'ombra del beato regno
segnata nel mio capo io manifesti,

vedra'mi al piè del tuo diletto legno
venire, e coronarmi de le foglie
che la materia e tu mi farai degno.

Sì rade volte, padre, se ne coglie
per triunfare o cesare o poeta,
colpa e vergogna de l'umane voglie,

che parturir letizia in su la lieta
delfica deità dovria la fronda
peneia, quando alcun di sé asseta.

Poca favilla gran fiamma seconda:
forse di retro a me con miglior voci
si pregherà perché Cirra risponda.

Surge ai mortali per diverse foci
la lucerna del mondo; ma da quella
che quattro cerchi giugne con tre croci,

con miglior corso e con migliore stella
esce congiunta, e la mondana cera
più a suo modo tempera e suggella.

Fatto avea di là mane e di qua sera
tal foce, e quasi tutto era là bianco
quello emisperio, e l'altra parte nera,

quando Beatrice in sul sinistro fianco
vidi rivolta e riguardar nel sole:
aquila sì non li s'affisse unquanco.

E sì come secondo raggio suole
uscir del primo e risalire in suso,
pur come pelegrin che tornar vuole,

così de l'atto suo, per li occhi infuso
ne l'imagine mia, il mio si fece,
e fissi li occhi al sole oltre nostr'uso.

Molto è licito là, che qui non lece
a le nostre virtù, mercé del loco
fatto per proprio de l'umana spece.

Io nol soffersi molto, né sì poco,
ch'io nol vedessi sfavillar dintorno,
com'ferro che bogliente esce del foco;

e di sùbito parve giorno a giorno
essere aggiunto, come quei che puote
avesse il ciel d'un altro sole addorno.

Beatrice tutta ne l'etterne rote
fissa con li occhi stava; e io in lei
le luci fissi, di là sù rimote.

Nel suo aspetto tal dentro mi fei,
qual si fé Glauco nel gustar de l'erba
che 'l fé consorto in mar de li altri dèi.

Trasumanar significar per verba
non si poria; però l'essemplo basti
a cui esperienza grazia serba.

S'i' era sol di me quel che creasti
novellamente, amor che 'l ciel governi,
tu 'l sai, che col tuo lume mi levasti.

Quando la rota che tu sempiterni
desiderato, a sé mi fece atteso
con l'armonia che temperi e discerni,

parvemi tanto allor del cielo acceso
de la fiamma del sol, che pioggia o fiume
lago non fece alcun tanto disteso.

La novità del suono e 'l grande lume
di lor cagion m'accesero un disio
mai non sentito di cotanto acume.

Ond'ella, che vedea me sì com'io,
a quietarmi l'animo commosso,
pria ch'io a dimandar, la bocca aprio,

e cominciò: «Tu stesso ti fai grosso
col falso imaginar, sì che non vedi
ciò che vedresti se l'avessi scosso.

Tu non se' in terra, sì come tu credi;
ma folgore, fuggendo il proprio sito,
non corse come tu ch'ad esso riedi».

S'io fui del primo dubbio disvestito
per le sorrise parolette brevi,
dentro ad un nuovo più fu' inretito,

e dissi: «Già contento requievi
di grande ammirazion; ma ora ammiro
com'io trascenda questi corpi levi».

Ond'ella, appresso d'un pio sospiro,
li occhi drizzò ver' me con quel sembiante
che madre fa sovra figlio deliro,

e cominciò: «Le cose tutte quante
hanno ordine tra loro, e questo è forma
che l'universo a Dio fa simigliante.

Qui veggion l'alte creature l'orma
de l'etterno valore, il qual è fine
al quale è fatta la toccata norma.

Ne l'ordine ch'io dico sono accline
tutte nature, per diverse sorti,
più al principio loro e men vicine;

onde si muovono a diversi porti
per lo gran mar de l'essere, e ciascuna
con istinto a lei dato che la porti.

Questi ne porta il foco inver' la luna;
questi ne' cor mortali è permotore;
questi la terra in sé stringe e aduna;

né pur le creature che son fore
d'intelligenza quest'arco saetta
ma quelle c'hanno intelletto e amore.

La provedenza, che cotanto assetta,
del suo lume fa 'l ciel sempre quieto
nel qual si volge quel c'ha maggior fretta;

e ora lì, come a sito decreto,
cen porta la virtù di quella corda
che ciò che scocca drizza in segno lieto.

Vero è che, come forma non s'accorda
molte fiate a l'intenzion de l'arte,
perch'a risponder la materia è sorda,

così da questo corso si diparte
talor la creatura, c'ha podere
di piegar, così pinta, in altra parte;

e sì come veder si può cadere
foco di nube, sì l'impeto primo
l'atterra torto da falso piacere.

Non dei più ammirar, se bene stimo,
lo tuo salir, se non come d'un rivo
se d'alto monte scende giuso ad imo.

Maraviglia sarebbe in te se, privo
d'impedimento, giù ti fossi assiso,
com'a terra quiete in foco vivo».

Quinci rivolse inver' lo cielo il viso.


La Divine Comédie : Le Paradis - Chant I (Francia)

La gloire de Celui qui met le monde en branle
remplit tout l’univers, mais son éclat est tel
qu’il resplendit plus fort ou moins, selon les lieux.

Je montai jusqu’au ciel qui prend de sa splendeur
la plus grande partie, et j’ai connu des choses
qu’on ne peut ni sait dire en rentrant de là-haut,

car en se rapprochant de l’objet de ses vœux
l’intelligence y court et s’avance si loin
qu’on ne saurait la suivre avec notre mémoire.

Mais tout ce que j’ai vu pendant ce saint voyage,
tout ce que j’ai pu mettre au trésor de l’esprit
servira maintenant de matière à mon chant.

Rends-moi, doux Apollon, pour ce dernier labeur
un vase bien rempli de ta propre vertu,
que je sois digne enfin de ton laurier aimé.

J’ai pu me contenter jusqu’à présent d’un seul
des sommets du Parnasse : il me faut maintenant
monter sur tous les deux, pour ce dernier parcours.

Pénètre dans mon sein, partage-moi ton souffle,
comme au jour d’autrefois où ton chant eut le don
de tirer Marsyas du fourreau de ses membres !

Ô divine vertu, livre-toi, que je puisse
raconter pour le moins l’ombre du règne heureux,
tel que je l’emportai gravé dans ma mémoire ;

tu me verras monter vers l’arbre bien-aimé
et faire couronner mon front de son feuillage,
le thème et ton concours m’en ayant rendu digne.

Nous pouvons le cueillir si peu souvent, ô père,
pour fêter d’un César, d’un poète la gloire
(c’est là des passions l’opprobre et la rançon),

que l’arbre pénéen et ses feuilles devraient
inonder de plaisir le cœur du dieu de Delphes,
chaque fois que nous point le soin de les gagner.

La petite étincelle allume le grand feu ;
et peut-être quelqu’un, d’une voix plus habile,
va prier après moi, pour que Cyrrha réponde.

L’astre du jour se lève aux regards des mortels
sur plus d’un horizon ; mais il en est un seul
auquel on voit trois croix sortant des quatre cercles,

où son éclat reluit sous de meilleurs auspices,
suivant un cours meilleur, qui dispose et modèle
plus à sa volonté la matière du monde.

C’est à peu près ce point qui, faisant là le jour,
portait chez nous la nuit ; et dans cet hémisphère
tout s’habillait de blanc, et de noir dans le nôtre,

quand je vis qu’ayant fait un demi-tour à gauche
Béatrice rivait son regard au soleil,
bien plus intensément que ne le peut un aigle.

Comme l’on voit jaillir d’un rayon de lumière
un rayon réfléchi qui monte vers le haut,
semblable au pèlerin qui retourne chez lui,

de même, mon maintien reproduisant le sien,
tel que dans mon esprit il entrait par la vue,
je fixai le soleil d’un regard plus qu’humain.

Bien des choses, là-haut, qui ne sont pas permises
à notre faculté, deviennent naturelles
par la vertu du lieu conçu pour notre bien.

J’en souffrais mal l’aspect, mais assez cependant
pour voir étinceler les éclats qu’il jetait
comme le fer ardent qu’on sort de la fournaise.

On eût dit que le jour multipliait le jour,
comme si tout à coup Celui qui peut tout faire
avait mis sur le ciel deux soleils à la fois.

Béatrice restait tout entière attachée
par son regard intense aux sphères éternelles,
et moi, l’en détachant, je le posais sur elle

et en la contemplant je devins en moi-même
tel que devint Glaucus, lorsqu’il eut goûté l’herbe
qui le rendait égal aux autres dieux des mers.

Traduire per verba cette métamorphose
ne serait pas possible ; et l’exemple doit seul
suffire à qui la grâce un jour l’enseignera.

Amour, toi qui régis le ciel et qui m’as fait
monter par ton effet, tu sais s’il me restait
autre chose de moi, que le don de la fin.

Lorsque la sphère enfin qui se meut le plus vite
par le désir de toi, rappela mon regard
avec tous ses accords que tu conduis et règles,

j’y vis incendier de si vastes surfaces
par le feu du soleil, qu’il n’est pas de déluge
ou de fleuve qui pût faire un lac aussi grand.

Ces accents surprenants, cette immense splendeur
m’enflammaient du désir de connaître leur cause,
tel que jamais avant je n’en eus de plus vif ;

et elle, qui voyait en moi comme moi-même,
pour apaiser la soif de l’âme, ouvrit la bouche
plus vite encor que moi pour le lui demander

et elle commença : « Tu t’étourdis tout seul
par des pensers trompeurs, qui t’empêchent de voir
ce qui serait très clair, si tu t’en secouais.

Tu n’es pas sur la terre, ainsi que tu supposes ;
mais l’éclair qui descend du lieu de sa demeure
est moins prompt à le fuir, que toi tu n’y reviens. »

Si je me vis alors libre du premier doute,
par ces propos si brefs, dits avec un sourire,
un autre embarrassait davantage l’esprit.

« De mon étonnement, lui dis-je, je reviens.
Me voici satisfait ; mais ma surprise est grande,
de me voir traverser ces éléments légers. »

Elle poussa d’abord un soupir de pitié,
me regardant ensuite avec l’expression
de la mère veillant sur son fils qui délire,

puis elle me parla : « Tous les objets du monde
ont un ordre commun : et cet ordre est la forme
qui fait de l’univers une image de Dieu.

Les êtres de là-haut y retrouvent l’empreinte
du pouvoir éternel, qui fait la fin suprême
où tend la loi de tous, dont je viens de parler.

Bien que tous les objets qui sont dans la nature
dépendent de ces lois, la façon en diffère
selon qu’ils sont plus loin ou plus près de leur source.

Ils naviguent ainsi vers des ports différents
sur l’océan de l’être, et chacun d’eux possède
un instinct qui le guide et dont on lui fit don.

C’est lui qui fait monter le feu jusqu’à la lune ;
c’est lui, du cœur mortel le premier des moteurs ;
c’est lui qui tient ensemble et compose la terre ;

c’est lui qui, comme un arc, lance dans l’existence
avec tous les objets privés d’intelligence
tous les êtres doués d’intellect et d’amour.

La Providence donc, qui gouverne le monde,
porte par son éclat le repos éternel
aux cieux au sein desquels roule le plus rapide ;

et c’est là maintenant, comme à l’endroit prévu,
que nous sommes lancés par la force de l’arc
qui tire droit au but les flèches qu’il décoche.

Il est vrai cependant que, comme bien souvent
la forme reste sourde aux propos de l’artiste,
qui ne peut pas plier la matière à ses fins,

de même l’être peut s’écarter quelquefois
du cours ainsi tracé, puisqu’il a le pouvoir,
tout en étant guidé, de s’incliner ailleurs

(comme au lieu de monter, le feu tombe des nues),
si l’on vient dévier l’impulsion première
par quelque faux plaisir qui pousse vers le sol.

Si tu comprends cela, le fait qu’ainsi tu montes
n’est pas plus étonnant que le cours d’un ruisseau
qui descend des sommets au creux d’une vallée.

Le surprenant serait que, libre des entraves,
tu puisses demeurer prisonnier de la terre,
ou que l’on puisse voir une flamme immobile. »

Ensuite elle tourna son regard vers les sphères.

 



Az idézet forrásahttp://fr.wikisource.org

minimap